<

La vie, la science et Greta


(La Terre morte ou la Voie de la Vie)

17 NOV 2019


La vie, la science et Greta

« Quand on est industriel, il vaut mieux fabriquer des technologies de mort, plutôt que de fabriquer des technologies de vie. Une écologie qui m’intéresserait aujourd’hui serait une technologie qui irait voir du côté de la vie. Mais alors çà, c’est pas près d’arriver. »  Michel Onfray
 
« Souvenez-vous de vous méfier. Et même de l’évidence : elle passe son temps à changer. »  Jean d’Ormesson
 

LA VIE, LA SCIENCE ET GRETA
 
 
Dès 1968, les scientifiques du « Club de Rome » avertissaient des dangers de la croissance économique pour la planète et du besoin urgent d’une planification mondiale à long terme. Depuis, bien des alertes ont été émises, entre autres par des scientifiques. Le dernier en date est celui du 5 novembre 2019 où 11 000 scientifiques lançaient un appel afin d’éviter des « souffrances indescriptibles » à l’humanité si rien n’est fait de toute urgence !
 
C’est une réalité et nous n’avons plus le droit de l’ignorer : il y a urgence. Que l’urgence climatique soit causée par l’homme ou, comme le prétendent certains, qu’elle soit le résultat de conditions naturelles, l’important est ailleurs. Cette urgence ne fait que mettre en lumière une autre urgence, bien plus grande encore : celle pour la vie. Et nous ne pouvons affronter cette urgence-là qu’en changeant la façon dont notre société fonctionne.
 
Comment ne pas être d’accord avec Greta Thunberg lorsqu’elle fustige nos dirigeants pour leur inaction et leur aveuglement égoïste ? C’est un réel bonheur de voir les jeunes exiger un peu de bon sens de leurs aînés. Mais… 
 
Oui, il y a un « mais » : Greta et le monde d’aujourd’hui avec elle affirment « Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la science. Il faut écouter les scientifiques ». 
 
Je pense alors à Vlady.
 
*          *         *
 
Quelques rappels :
 
Juin 1990, Vlady Stévanovitch est au Québec pour le 2eGrand stage d’été de l’École. Mais auparavant, Nicole Renson et Sandra O’Connor ont tout organisé à Montréal pour qu’il puisse donner sa nouvelle conférence « La Terre morte ».
 
Fin 1990, Vlady envoie un courrier à 10 000 scientifiques de par le monde leur proposant de signer une déclaration publique qu’il avait ainsi libellée : 
 
«  Je condamne, avec la plus grande indignation, les scientifiques qui travaillent à la mise au point des armes nucléaires, chimiques, bactériologiques et de tout autre moyen de destruction intentionnelle de la vie humaine. » 
 
89 ont signé cette déclaration, dont Paul Mandel et Henri Labori (Henri Atlan a refusé. Lors d’une entrevue, il a bien spécifié qu’il ne pouvait y avoir de morale dans la recherche). Certains ont hésité, chiffonnant le formulaire et l’envoyant à la corbeille puis se ravisant et signant le formulaire tout froissé. Mais pour Vlady, le MOUvement Mondial pour la Responsabilité Individuelle des Scientifiques (MOUM) était né.
 
Octobre 1997, le livre J’accuse les scientifiquesde Vlady Stévanovitch sortait aux éditions Mémor. Il y reprenait et développait les arguments de sa conférence de 1990, et reproduisait les documents envoyés depuis 1991 ainsi que quelques correspondances avec les scientifiques ayant répondu à son appel.
 
*          *          *
 
La déclaration publique de janvier 1991 avait certes fait quelques vagues dans le milieu scientifique. Mais là où les remous me semblaient les plus vifs, c’était au sein même de notre École. Nombreux étaient ceux et celles qui ont traité Vlady de réactionnaire et de ne voir que le vilain côté de la science. Je pense qu’en 2019, la situation n’a pas changé. Peut-être même a-t-elle empiré.  
 
Vous allez me dire que tout cela date un peu. Nous sommes aujourd’hui bien mieux informés qu’en 1990. Il y a eu le succès immense des livres de Harary et tellement d’autres. Nous sommes tous au courant de la situation mondiale… Même le cinéma et la littérature regorgent d’apocalypses de toutes sortes et font ainsi passer la fin du monde pour un divertissement.Si c’est ce genre de choses que vous pensez, je vous renvoie alors directement aux dernières lignes de J’accuse les scientifiquesque je reproduis tout au bas de cet article.
 
*          *          *
 
Même si je pousse un grand « oui » pour Greta Thunberg et tous les jeunes et moins jeunes qui s’engagent concrètement pour la même cause, je voudrais aussi qu’ils entendent le message que Vlady lança comme une bouteille à la mer.
 
Je retranscris donc ici de nombreux extraits de la 1repartie de la conférence que donnait Vlady Stévanovitch à Montréal en juin 1990.
 

 
 La Terre morte 
 
Rien ne peut arrêter le progrès. C’est aujourd’hui une évidence que personne n’oserait mettre en doute. Mais de quel progrès s’agit-il ? C’est avant tout le progrès de la science, puis l’élaboration de technologies d’un niveau de plus en plus élevé, une production de plus en plus massive de biens et de richesses. 
 
Ça a l’air simple. Pourtant quelques scientifiques se sont penchés – à leur tour – sur les problèmes engendrés par ce fameux progrès. [...] Leurs développements étaient basés sur l’étude des données provenant aussi bien de l’astronomie stellaire et planétaire que de la chimie organique, de la biologie de l’évolution, de l’histoire, de la politique ou de la psychologie. [...] Et, avec le détachement qui convient à la rigueur scientifique, ils ont communiqué leurs conclusions au monde dans des revues spécialisées ou lors de congrès scientifiques. Ils ont présenté des communications bourrées de chiffres, de diagrammes et d’équations. 
 
Traduite en langage humain, la conclusion est : à brève échéance, nous allons tous crever comme des rats. Telle est la conclusion de leur étude scientifique  [...]
 
Cette sentence a été vivement contestée par les politiciens et par de nombreux scientifiques de tout bord. Ils ont tous une particularité en commun : aucun d’eux n’a étudié sérieusement le problème. Le cœur des protestations s’est élevé au nom de la morale et du simple bon sens, et non après une minutieuse et scientifique vérification. Par contre, parmi les scientifiques qui ont étudié le problème il ne demeure qu’un seul sujet de désaccord : combien de temps [nous reste-t-il ?] [...]
 
— Messieurs, messieurs, il doit bien y avoir un moyen pour éviter l’autodestruction ?
 
[...] Vous insistez, vous insistez beaucoup et vous obtenez finalement une réponse. Il y a quand même une alternative. Il faudrait changer la nature humaine. [...]
 
Je ne suis pas un savant. Je ne suis qu’un père de famille inquiet pour l’avenir de ses enfants. Alors je me permets de poser bêtement une question :
 
— Qui sont ces gens qui ont conclu à l’autodestruction inexorable ?
— Eh bien, ce sont des scientifiques.
— Et qui a élaboré cette technologie de haut niveau qui est la cause de l’autodestruction ?
— Ben… ce sont les scientifiques.
— Et qui prétend qu’il faut changer la nature humaine ?
— Des scientifiques.
 
Ça donne à réfléchir. […] L’homme a une histoire de trois millions d’années. La science a une histoire de moins d’un siècle. Pendant trente mille siècles, la nature humaine a fait ses preuves. En moins d’un siècle la science nous a foutus dedans. [...] Est-ce bien la nature humaine qu’il faut changer ? Ne serait-ce pas la nature de la science qu’il faudrait changer ? [...]
 
Qui peut changer la nature de la science ?
 
Il n’y a pas de science. La science, ça n’existe pas. Il ne s’agit que d’une abstraction dont le concret est le scientifique. L’homme qui détient la connaissance.
 
De toujours, le pouvoir et la connaissance ont été détenus par des groupes différents. De toujours, le pouvoir a été aveugle. Il a toujours été un abus. Il n’y a pas d’abus de pouvoir. Le pouvoir est un abus. Sans quoi ce ne serait pas le pouvoir. Ça porterait un autre nom. Quelque chose comme joie, bonheur, amour, entraide, générosité, allégresse, dévouement, fraternité, don de soi, loyauté, abnégation. Ce serait un mot qui signifierait tout ça à la fois [...] 
 
Le pouvoir, ce n’est pas ça. [...] Et quand on détient la connaissance, on a des responsabilités. C’est trop facile de transférer toutes les responsabilités à un quelconque pouvoir. 
 
Toute forme de connaissance implique des responsabilités. Savoir conduire une automobile n’est pas suffisant. Il faut en plus passer un examen et donner la preuve qu’on respecte les règles du Code de la route et qu’on conduit raisonnablement [...] On reçoit alors un permis de conduire. C’est une question de responsabilité. 
 
Il ne s’agit que d’une bête voiture automobile.
 
Et l’humanité ? Qui délivre les permis de conduire l’humanité ? Personne. Aussi, le résultat est là : des fous au volant la conduisent à tombeau ouvert vers sa perte. Et ces fous, ce ne sont pas les hommes qui détiennent le pouvoir. Non. Ce sont ceux qui détiennent la connaissance, ce sont les scientifiques.
 
Je vous choque ? Vous protestez ? Est-ce que ce sont les P.D.G. des sociétés multinationales qui élaborent des techniques polluantes ? Non. Ce sont les scientifiques. Est-ce que ce sont les chefs d’État et les ministres qui inventent les produits destructeurs de la vie ? Est-ce que ce sont les généraux et les colonels qui ont inventé la bombe atomique et qui la perfectionnent depuis 50 ans ? Non. Ce sont les scientifiques.
 
La science a de nos jours un prestige inaltéré. Le scientifique est pour nous entouré d’une aura de bienveillance [...] il consacre sa vie au bien de l’humanité.
Les grandes découvertes scientifiques ont été utilisées pour faire le mal ? Pour détruire et tuer ? Les scientifiques n’ont rien à voir là-dedans. Ce sont les autres qui ont fait ça. [...] La connaissance scientifique est neutre. C’est l’usage qu’en font les hommes qui est bon ou mauvais. [...]
 
Je veux vous parler de la science. C’est d’elle que nous attendons qu’elle nous apporte les solutions à tous nos problèmes. Nous avons tout misé sur la science. Nous attendons tout d’elle. Oserons-nous nous poser des questions ? [...]
 
L’histoire de la science c’est l’histoire de la bombe atomique. Jamais dans l’histoire de l’humanité n’a été réalisé un aussi gigantesque effort pour mener à bien un projet scientifique. Les hommes qui l’ont réalisé n’étaient pas des militaires.
 
Le 8 mai 1945, l’Allemagne était vaincue. La bombe n’était pas prête. Il n’y avait plus aucune raison de l’achever. [...] Les scientifiques de Los Alamos, dont 4 Prix Nobel, se sont posé la question. Ils auraient pu plier bagage et rentrer chez eux. Ils ont décidé de rester. [...]
 
L’élan de recherche scientifique qui a pris son essor à Los Alamos ne s’est pas épuisé. Au contraire. Aujourd’hui la moitié des scientifiques de la planète travaille pour l’armée. [...] Cela signifie que la moitié des scientifiques de la planète travaille pour la destruction de la vie. Pour tuer à coups d’armes chimiques, biologiques, nucléaires, bactériologiques. Pour tuer à coups d’armes scientifiques. [...]
 
Bien sûr, il y a aussi l’autre moitié. Eh bien, l’autre moitié est partagée entre l’université et l’industrie. La grande majorité est absorbée par l’industrie où ils élaborent des techniques de plus en plus polluantes. Et une petite minorité par l’université où ils forment de nouvelles générations de scientifiques pour en pourvoir l’Armée et l’Industrie.
 
— Il y a quand même la recherche médicale…
 
Laquelle ? Celle financée par l’industrie pharmaceutique qui nous pollue à coups de remèdes ou celle financée par l’armée qui nous prépare des armes [...] encore plus monstrueuses que la bombe ?
 
Eh oui. La part de l’effort de recherche scientifique dans l’intérêt de la vie et du bien-être est minime. On ne parle pourtant que de cette recherche-là. C’est normal. Le secret le plus strict entoure la recherche dans le domaine de l’armement. [...] Dans l’industrie aussi on travaille en cachette. Pour devancer les concurrents. La seule recherche scientifique qui ne se fait pas dans le plus grand secret est celle réalisée dans les universités. [...] Elle se fait au grand jour. On ne parle que de cette recherche-là.
 
Et c’est comme ça que s’est créée la distinction entre la recherche de fond et la recherche des applications des connaissances scientifiques. Les vrais, les bons étant ceux qui font la recherche de fond. Ils sont les seuls à être considérés comme scientifiques par le public qui ignore tout des autres.
 
Ce sont les mêmes. Pour choisir 500 grands scientifiques à qui j’enverrais mon livre, j’ai examiné la carrière de 10 000 d’entre eux, de par le monde. Il y a une constante frappante. C’est le va-et-vient des scientifiques entre l’Université, l’Armée et l’Industrie. Ils passent avec la plus grande facilité de la recherche de fond à la science appliquée. De la théorie à la pratique. C’est la même science faite par les mêmes scientifiques.
 
[...] La connaissance implique la responsabilité. Toute forme de connaissance. La connaissance scientifique infiniment plus que toutes les autres. [...] Aujourd’hui, plus rien n’est possible sans les scientifiques. Le vrai pouvoir c’est eux qui le détiennent. Le pouvoir absolu. Le pouvoir de détruire la Vie. La Vie avec une majuscule.
 
Aucun être vivant dans la nature n’a jamais eu le pouvoir de détruire toute la vie sur la Terre. La Vie n’a pas le pouvoir de se détruire elle-même. [...] Seule la science a le pouvoir de détruire toute la Vie.
 
[...] Quand on détient ce pouvoir-là, on n’a pas le droit d’ignorer les conséquences de son comportement. De ses actes. Et de ses découvertes. Ça s’appelle avoir le sens de ses responsabilités. Et ça ne s’apprend pas à l’Université. La recherche scientifique a dépassé le point de non-retour. [...] Il n’y a plus de risques d’accident. Ce sont aujourd’hui des certitudes.
 
[...] La fin est inexorable. Il ne faut rien faire de plus pour que ça arrive. Aucune invention nouvelle, aucune augmentation du stock d’armes nucléaires, pas de centrales atomiques supplémentaires non plus. Le temps suffit. [...] Les accidents arrivent avec une certitude inexorable.
 
— Que faut-il faire ?
 
Rien. C’est déjà fait. À Hiroshima, le 6 août 1945. Depuis lors, ce n’est plus qu’une question de temps. [...] Il y a bien par-ci, par-là quelques voix qui se font entendre. Quelques mouvements s’esquissent. [...] Comment voulez-vous lutter contre la science ? Contre le flux incessant de scientifiques que les universités déversent pour approvisionner l’armée et l’industrie en matière grise ? Qui a jamais entendu prononcer à l’université le mot amour ? Qui a jamais emporté en quittant l’Université, la conviction de sa responsabilité devant la vie et l’humanité ?
 
L’Université forme des scientifiques. Elle diffuse la science. Et la science n’a pas de conscience. Ce n’est que de la connaissance. Sans sagesse. Sans amour. Froide. Glaciale. Mathématique.
 
Rien ne peut arrêter le progrès de la science. Bientôt elle aura achevé son œuvre. [...] La Terre morte. Le triomphe définitif de l’homme sur la Nature.
 
— La science a quand même fait beaucoup de bien ! C’est grâce à la science qu’il n’y a plus de peste. Et c’est grâce à la technologie que nous pouvons rester dans notre fauteuil et regarder la télévision pendant que la machine lave le linge pour nous…
 
[...] Ah, où avais-je la tête ? Heureusement que vous êtes là pour me le rappeler !  Je suis impardonnable ! Comment n’y avais-je pas pensé moi-même ?  [...]
 
*          *          *
 
La conférence de Vlady avait une 2epartie, disons plus heureuse, dont voici quelques extraits :
 

 
La Terre morte ou La Voie de la Vie
 
[...] Nous sommes prisonniers d’un espace où s’entassent les excréments de notre propre industrie ; où l’air deviendra très bientôt irrespirable ; où l’eau est déjà polluée sur toute la planète. [...] Nous sommes les otages de la science. Et nous attendons la fin. Prochaine. Inexorable.
 
La vie, ce mystère insondable, ce jaillissement intarissable de l’impossible, prend fin de la façon la plus lamentable. [...] Il n’y aura plus de vie dans le sourire innocent de l’enfant. Il n’y aura plus de vie dans le regard des amants éperdus d’amour et de tendresse. Il n’y aura plus de vie dans l’arbre majestueux. Il n’y aura plus de vie dans un bouton de rose. Ce sera la fin du miracle. [...] 
 
Je vois s’approcher le soir de mon existence. Quand vient le soir, on voit la vie de plus près. [...] Le soir on a beaucoup oublié. L’oubli est la condition du bonheur. Mais on a gardé le souvenir de quelques grands moments de l’existence. Des moments de présences mutuelles, de dialogues de silence, de communion de vie à vie. On sait que c’est possible. Et on voudrait ça. Toujours. Pour tous. Avec tous les hommes. Avec tous les vivants… [...]
 
Je sais, je sais. Ce sont des mots que dans notre monde, un adulte ne dit pas. Je ne suis pas un ingénu. J’ai connu la désespérante réalité humaine. J’ai touché le fond de l’abîme. Le désespoir total. L’anéantissement. J’ai connu le féroce pouvoir de l’homme sur l’homme. J’ai connu la mort.
 
Grâce à mon Maître, je suis revenu à la vie. Et j’ai essayé de comprendre. Sans haine. Sans rancune. [...] J’ai essayé de comprendre avec des mots. [...] Les mots ne peuvent expliquer que d’autres mots. [...]  Il n’y a rien à dire. Lorsqu’on tourne le dos à la vie, l’incompréhension est définitive.
 
Aujourd’hui j’écoute la vie. Et la vie est la réponse à toutes les interrogations. La vie explique tout sans que rien ne puisse l’expliquer. La vie, ça ne s’explique pas. La vie, ça se jubile. La vie, ça se vit.
 
La vie veut la vie. C’est la seule volonté clairement lisible dans tout le devenir cosmique. Vouloir la vie c’est suivre un courant, c’est se laisser porter par une immense vague, par un élan d’innombrables volontés qui toutes veulent la vie. Rien n’est plus facile. [...] Vouloir ce que veut la vie. Faire ce que veut la vie. [...] Chaque microbe, chaque brin d’herbe sait la vie. Comment l’homme ne la saurait-il pas ?
 
Mais non, l’homme a choisi de cultiver des civilisations, au lieu de cultiver son propre bonheur. Et la civilisation s’oppose au courant de vie. [...] Il s’est accaparé le pouvoir du langage. Il en a fait un instrument de la connaissance. Et c’est la science qui en est issue. [...] Mais le don de la parole est destiné à tout autre chose. Le langage c’est la faculté de partager sa vie avec d’autres. [...] C’est la faculté de vivre et de mourir parmi des semblables, reliés dans une conscience commune. Dans un même bonheur.
 
Car c’est ça le rôle de la conscience. Elle permet à l’homme de jouir de la vie, d ‘éprouver son bonheur, conscient. Et le bonheur est donné avec la vie. La conscience est là pour en jouir de façon supérieure. [...]
 
Lorsqu’elle est libre. Lorsqu’elle s’est déchargée de l’immense fardeau de futilités dont l’encombre la vie civilisée, la conscience prend en soi le pouvoir créateur de la vie. Elle épouse exactement la vie. Elle coïncide, elle est la vie. [...] C’est l’évidence fondamentale : tout est vie. Tout est dans la vie. [...] La conscience et la vie se confondent. [...]
 
Je sais… Je sais… Tout cela manque de rigueur scientifique. [...] Tout ce qui n’est pas dit en langage technique n’est que littérature. [...] Ridicule. Je le sais. [...] Eh bien, soit. J’accepte de me rendre ridicule. Sans illusion. Sans espoir. [...] Je veux dire l’amour. Je veux dire le bonheur. Je veux dire la vie. [...]
 
Pour l’avenir c’est trop tard, mais la vie, c’est maintenant. Et la vie, c’est beau. La vie, c’est heureux. Regardez ! [...] Regardez le monde de la matière inerte frémir soudain, s’animer, s’éveiller. Regardez ! C’est le miracle ! C’est la vie qui apparaît. Et la vie, c’est un élan de joie lancé dans la matière inerte. C’est ce qui lui fait prendre conscience. [...]
 
La vie nouvelle commence dans un instant sublime. Dans la joie, dans le bonheur, dans un jaillissement d’amour partagé. [...] Et puis, il n’y a plus rien à faire. La vie se fait toute seule. Il suffit de laisser agir la force créatrice de la vie. [...] Que fait le bébé pour devenir enfant ? Que fait l’enfant pour devenir adolescent puis adulte ? Rien. [...] Pourquoi, à un moment donné tout change ? Où est l’erreur ? [...]
 
L’homme civilisé s’est donné pour modèle un comportement inventé par des doctrines et des croyances. Aujourd’hui il a tout remis entre les mains de la science. Pourtant il a devant les yeux un autre modèle qu’il cherche vainement dans la religion, la philosophie, ou la science. 
 
Ce modèle se trouve là où il n’y a jamais eu de civilisation. Où la vie est encore immaculée. Ce modèle se trouve là où le bonheur est le fait de la vie. [...] Où tout est occasion de bonheur. Ce modèle se trouve là où l’existence est un enchantement, où la réalité est féerique, où l’innocence est un état premier.
 
Ce modèle se trouve chez ces êtres dont chaque regard dit l’amour, dont chaque sourire illumine le monde, dont chaque geste porte la grâce de la vie à l’état pur.
 
Je parle des enfants. Je parle de l’enfance. Et je ne dis plus rien. J’ai la gorge serrée en pensant à ce que deviendront nos enfants. Mais je m’interdis de crier. Je ne crierai pas ma révolte. Je n'appellerai pas au secours. Je ne ferai que dire le bonheur. L’amour. La vie…
 
*          *          *
 
Vlady ne voulait pas que sa conférence se termine avec du bla-bla. Il ne voulait donc pas, comme cela se fait très souvent, permettre au public de poser des questions, d’exprimer leurs opinions et de débattre des points de vue de chacun. Les personnes présentes étaient simplement renvoyées à la fin du fascicule de la conférence qui avait été distribué précédemment.
 
On pouvait y lire les réponses de Vlady aux objections qui étaient invariablement émises. Notamment celle-ci :
 
Tu accuses les scientifiques. Tu ne fais aucune restriction, aucune différence. Tous ne sont quand même pas en train de fabriquer des bombes atomiques !
 
Il y a eu dans l’armée allemande de braves gens. Tous n’étaient pas d’affreux nazis. Il y a eu de bons pères de famille et des amoureux romantiques, faisant leur devoir de soldat. Ils portaient le même uniforme que les autres. C’étaient des ennemis autant que les autres. Ils faisaient partie de l’armée ennemie.
 
Aujourd’hui, l’armée ennemie de la vie c’est la science. Les scientifiques qui ne la combattent pas la cautionnent en portant le même uniforme. Ce sont des ennemis de la Vie. Autant que les autres. Ils sont encore plus dangereux, car ils faussent l’image du scientifique et servent à justifier le respect et la vénération du public pour la science.
 
Non. Je ne fais aucune restriction, aucune différence. La différence, c’est eux-mêmes qui devraient la faire. En se désolidarisant des autres. En les condamnant avec la plus grande véhémence. Aucun ne l’a jamais fait. Au contraire. L’exemple de Sakharov est très éloquent. Les scientifiques du monde entier se sont émus du sort du chercheur entré en disgrâce. Personne n’a soufflé mot au sujet de la bombe atomique soviétique dont il est le créateur.
 
*          *          *
 
Vlady concluait son livre J’accuse les scientifiques par ceci :
 
Je ne défends pas des idées. Je défends la vie. [...] Je ne mène pas une discussion. 
Il ne s’agit pas d’un débat, mais d’un combat dans lequel je m’engage avec l’arme la plus dérisoire qui soit : la bouteille à la mer. C’est dire que je ne me fais pas la moindre illusion sur l’efficacité de mon engagement. [...]
 
 
Quand on a lu ce livre on ne peut plus dire « Je ne savais pas ». 
Pour continuer, on est obligé d’admettre :
(et sur une pleine page du livre, Vlady écrit)
 
« Je sais, mais je m’en fous. »

 



Partager cet article :          


L’Art du Chi est un art millénaire. Il est diffusé dans plus de 15 pays par les enseignants de l’École de la Voie intérieure, fondée en 1988 par Vlady Stévanovitch, reconnu l’un des maîtres les plus subtils de l’époque moderne en Occident.

Nous joindre

330 Lisgar, Ulverton (Québec) Tél. :(819) 826-2020 Sans frais :1 (888) 922-1146 Courriel :centrepb@artduchi.com Web :artduchiquebec.com
© Copyright 2021 - artduchiquebec.com
Intégration et programmation : IGM Informatique inc